Testaments enregistrés au Parlement de Paris sous le règne de Charles VI » Jean de Noyers, chapelain de Notre-Dame, Curé de Saint-Germain du Vieux-Corbeil
[p. 327]
[p. 328]

Jean de Noyers, chapelain de Notre-Dame, Curé de Saint-Germain du Vieux-Corbeil

Jean de Noyers, que nous trouvons mentionné comme chapelain de la Sainte Chapelle, à la date du 13 novembre 1392, parmi les exécuteurs testamentaires de Hugues Boileau, trésorier de la même Chapelle, appartenait au clergé de Saint-Germain-l'Auxerrois, comme titulaire de la chapellenie de la Sainte-Trinité; le 15 mars 1401 il obtint celle de Saint-Nicaise à Notre-Dame par voie de permutation avec Albert Hagenbouch (Arch. nat.,X1A 1477, fol. 1 r°; L 496, fol. 51 v°). Jean de Noyers décéda en mars 1415 et fut inhumé dans l'église Notre-Dame de Corbeil où sa tombe se voyait encore au xviiie siècle. (Voy. Lebeuf, Histoire du diocèse de Paris, t. XI, p. 191.)

  • S, Bibliothèque nationale de France, Moreau 1161, fol. 418 v°.

A tous ceulx qui ces presentes lettres verront, Andry Marchant, chevalier, conseilliez chambellan du roy nostre sire et garde de la prevosté de Paris, salut. Savoir faisons que l'an de grace mil quatre cens et quatorze, le mardi premier jour de janvier, a la requeste de honnorable homme et sage, maistre Jehan Jouvenel, prothonotaire de nostre Saint Pere le Pape, de maistre Jehan le Bugle, procureur en Parlement, de maistre Giles le Veau, clerc des comptes de monseigneur le duc de Guienne, et Gilet de Ressons, espicier, demourant a Paris, eulx disans et portans amis et affins de messire Jehan de Noyers, prestre beneficié en l'eglise de Paris et curé de Saint Germain du Vielz Corbueil, Denis Yvier et Jehan Preudomme, clers notaires jurez du roy nostre dit seigneur en son Chastellet de Paris, se transporterent en l'ostel du dit messire Jehan de Noyers, assiz a Paris en la Cité, en la rue Saint Christofle, faisant le coing de la rue qui va au petit huis de l'eglise Saincte Genevieve la Petite, et la leur fu dit par les diz amiz que le dit messire Jehan estoit grossement malade en sa dicte cure, et que le dit Gilet de Ressons, lequel l'avoit esté veoir et visiter au dit lieu avoit apportees aucunes de ses clefz pour prendre et avoir, et au [p. 329] dit messire Jehan reporter son testament, que on disoit estre en l'un de ses coffres ou buffes du dit hostel, et pour ce que en son dit hostel, es chambres d'icellui, ne es diz coffres, les diz amis ne vouloient-aucunement entrer, ne en faire ouverture, sans avoir avecques eulx aucuns des gens du roy nostre sire qui peussent porter tesmoignage de verité de l'ouverture et de ce que ilz verroient par eulx estre fait, avoient ylec mandez et fait venir les diz notaires, en la presence desquelx fu fait ouverture par vertu des dictes clefz de la chambre ou gisoit le dit messire Jehan de Noyers, de la garde robe d'empres et d'un buffet qui estoit en icelle garde robe; ouquel buffet fut trouvé un roole de papier contenant trois feuilles accousuz ensemble, qui apparoit estre le testament du dit messire Jehan de Noyers, signé a la fin : Ita est. J. de Noyers; lesquelx mos ainsi escrips a la fin du dit roole les diz amis disoient et affermoient estre escripz de la propre main et que c'estoit le propre et vray seing manuel du dit de Noyers, dont il usoit et avoit acoustumé de user; duquel roole, que les diz notaires incontinent prindrent, signerent et deuement tabellionnerent de leurs seings manuelz, afin que aucune chose n'y feust ou peust estre faicte, acreue, adjoustee ou diminuee, la teneur de mot a mot s'ensuit et est telle :

Ou nom du Pere, et du Filz et du saint Esperit, amen. Je, Jehan de Noyers, curé du Vielz Corbueil et chanoine de Saint Spire de Corbueil, faiz et ordonne mon testament ou derreniere voulenté le (sic) l'an mil quatre cens et douze, en la maniere qui s'ensuit :

  • Premierement, je recommande mon ame a Dieu, et ordonne toutes mes debtes et torfaiz estre paiez entierement et amendez, ce qu'il sera trouvé par tesmoins dignes de foy, et esliz ma charrogne estre mise es crotes basses de Nostre Dame de Corbueil, et ma tumbe entre le grant autel et l'uis du revestiaire a l'endroit de la sepulture, si comme messeigneurs du chapitre du college le m'ont octroyé de leur grace, et pour la place et lieu a moy octroyé je vueil et ordonne six livres huit solz Parisis estre convertiz par mes executeurs es plus grans necessitez de la fabrique de l'eglise tantost apres mon deces.
  • Item, je ordonne une tumbe estre faicte et mise ou lieu dessus dit [p. 330] ou pris de dix frans, ou cas que avant mon deces je n'en auroie ordonné.
  • Item, je vueil que le jour de mon obseque fait en l'eglise et college dessus nommé ait six torches, chascune de quatre livres, et quatre cierges, chascun de trois livres, et vueil que six povres tiegnent les torches, et soient esleuz les plus diseteux charitables que l'en pourra trouver, qui auront chascun ung solers et chausses, ou pris de dix solz chausses et solers a chascun des six povres.
  • Item, je vueil que aux vigiles et messes de mon obseque soit distribué quatre livres Parisis a tout le college.
  • Item, vueil que durant le service soient sonnees les cloches et soit baillié aux sonneurs douze solz bailliez en leurs mains.
  • Item, je vueil ung anniversaire estre fait a Saint Spire, c'est assavoir, vigiles le jour de la messe de mon obseque fait a Nostre Dame et la messe l' endemain, et y sera distribué quarante solz et pour les sonneurs huit solz bailliez en leurs mains.
  • Item, je vueil et ordonne vint livres Parisis estre baillees et delivrees aux marregliers du Vielz Corbueil, tantost et quantes foiz qu'ilz auront trouvé rentes bien assises a l'adviz du curé, de mes executeurs et des parrochiens, pour faire pour moy deux anniversaires solennelz tous les ans a dyacre et soubzdyacre, dont de la rente d'icellui argent achetee sera distribué au curé pour faire les diz anniversaires les deux pars par les marregliers, et la tierce demourra a la fabrique, et ne seront tenus les diz marregliers de riens paier au dit curé, se au dimenche ne annonce au prosne le jour du service, et que iceulx marregliers soient certifiez du service estre fait solennelment comme dessus est dit. Et avecques ce vueil et ordonne quatre livres Parisis estre baillees et delivrees pour convertir es choses plus necessaires pour l'eglise du dit Vielz Corbueil, dont je charge mes executeurs.
  • Item, je laisse a la chapelle de la maladerie de Crecy en Brie, dont j'ay esté chapellain, quatre livres Parisis pour estre convertiz par mes diz executeurs es plus grans necessitez de la dicte chapelle.
  • Item, je vueil et ordonne que aux dames de Saint Marcel soit fait [p. 331] ung anniversaire solennel le jour de mon obseque fait a Nostre Dame du dit Corbueil ou tantost apres, et soit distribué a chascune des dames estans au service deux solz, et aux freres de l'eglise des dictes dames pareillement.
  • Item, pour la pitance des dictes dames soit achaté quarante solz Parisis de poisson ou autre pitance par la main de la cuisinaire faicte le jour qu'elles feront mon dit service.
  • Item, je vueil et ordonne tantost apres mon trespassement estre celebrees treize messes de Requiem, en faisant mon obseque en l'eglise Nostre Dame de Corbueil.
  • Item, pareillement a Saint Spire.
  • Item pareillement a Saint Germain du dit Vielz Corbueil.
  • Item, je laisse a la dame du Cheval Rouge, demourant a Paris en la rue des Poulies, pour prier pour mon ame, huit livres Parisis, et ou cas qu'elle ne seroit en vie, que icelles huit livres feussent paiees a ses heritiers, et s'il avenoit qu'elle n'eust heritiers de son propre lignage, que iceulx huit livres soient convertiz en messes.
  • Item, a l'eglise de la Magdelaine de Vezelay vueil et ordonne, que neuf vins toises que contient bien la rondeur de la dicte eglise, que neuf vins toises de chandelles de cire, plus fournies que celles que vendent les chandelieres a la porte de l'eglise, soient faictes pour ardoir aux matines et services de l'eglise, ou il sera necessité tantost apres mon deces, ou l'argent qu'elles pourront valoir a estre convertiz a la secretaineté ou chevecerie a l'ordonnance de reverend pere en Dieu, monseigneur l'abbé du dit lieu, ou cas toutes voies que mes executeurs ne seroient informez que a ma vie je n'en auroie fait mon devoir.
  • Item, je laisse au pardon de Hault Pas trente deux solz Parisis.
  • Item, a la seur de feu maistre Jaques Loron, pour elle vestir, ma meilleur robe fourree et mantel.
  • Item, je vueil ung pelerinage estre fait a Nostre Dame de Boulongne sur la mer, ou cas que mes executeurs ne seroient informez que depuis la date de ce present testament ne l'auroye fait, et soit de ce fait marchié ung homme qui ira de pié, auquel sera baillié bon et [p. 332]competent salaire, et oultre lui sera baillié pour offrir a la glorieuse Vierge plus que son voyage ne monte et autant que icy pourroie despendre a aler a cheval, qui de ce apportera certificacion de l'eglise de Boulongne.
  • Item, je vueil et ordonne que aux hoirs de feu maistre Andry de Vray, jadiz chanoine de Saint Spire de Corbueil, nez de Pontoise, soit baillié douze frans pour prier pour le dit defunt, et ou cas que,aucuns hoirs n'y auroit legitimes, que cent messes soient dictes par les religieux des quatre ordres Mendians a Paris toutes en ung jour, en eulx recommandant l'ame du dit defunt et de moy, ou cas toutes voies que mes executeurs ne trouveroient entre mes quictances que je en doye demourer deschargiez.
  • Item, vueil et ordonne que trente cinq solz Parisis que devoit Guillaume de Mont Lehery a cause de Jehan Charron, assignez par lui sur le jardin et saussoye de Jehan Chapollain pres de la riviere d'Essonne que j'ay donné a l'eglise de Nostre Dame de Corbueil, avecques autre rente pour faire certains services a la dicte eglise en recompensant l'eglise du Vielx Corbueil, pour ce vueil qu'ilz soient assignez sur ma maison du Marché au blé devant la Croix, que je achetay de messire Giles Malet, chevalier, ou cas dessus dit, apres huit solz Parisis que l'eglise Nostre Dame de Corbueil y doit prendre avant tous autres.
  • Item, je vueil et ordonne que tantost apres mon deces ung service solennel soit fait a l'Ostel Dieu de Paris, et pour ce faire a chascun frere prestre deux solz Parisis et non prestre seize deniers, et dames d'icellui hostel qui y seront presens, tant voilees comme non voilees, leur soit distribué a chascune douze deniers Parisis en leur main, et a chascun povre gisant a celle heure quatre deniers Parisis.
  • Item, a l'office du maistre, pour estre acompaigné es prieres de l'Ostel dix frans, et a l'office de la prieuse cinq frans.
  • Item, je vueil et ordonne, que ou cas que je n'auroye fondé mon obseque en l'eglise Saint Spire de Corbueil, ou j'ay esté chanoine jusques aujourduy trente deux ans ou environ, avant mon trespassement, que mes executeurs finent et composent a ceulx de la dicte eglise de [p. 333] y faire tel et autant comme Nostre Dame de Corbueil, excepté les suffrages d'apres la messe, et ou cas qu'ilz ne pourroient finer, qu'ilz facent tant que ung anniversaire y soit fondé de douze solz tous les ans.
  • Item, je vueil et ordonne, que ou cas que icellui college de Saint Spire ne seroit ou se vouldroit chargier de tel service, comme dessus est dit de Nostre Dame de Corbueil, reservé les suffrages de apres la messe, que, oultre les messes dessus nommees, par les quatre ordres Mendians, Chartreux et Celestins de Paris soient dictes toutes apres mon deces, pour et en lieu de tel service que sont tenus chapitre et communaulté de Nostre Dame du dit Corbueil, cinq cens messes pour une fois au plus tost que faire se pourra sans attendre, et bailler a chascun prestre qui diront ycelles messes deux solz Parisis par quatre des chiefz d'icelles ordres, et tesmoignage de leur conscience, que icelles messes soient pour le remede de mon ame celebrees.
  • Item, vueil et ordonne que mon execucion des maintenant soit soubzmise a la court de Parlement, s'il plaist a messeigneurs du dit Parlement.
  • Item, je vueil et ordonne que mes executeurs qui auront la charge de mon execucion aient et preignent pour leurs soins et travaulx, chascun dix frans, par especial a ceulx qui prendront la peine.
  • Item, pour mettre a execution de point en point et acomplir le contenu cy dessus selon mon ordonnance, telement que mon ame en soit alegee, je esliz mes executeurs, mon tres chier et amé seigneur et cousin, maistre Jehan Jouvenel, advocat du roy en Parlement, mon tres chier et especial et parfait ami, messire Jehan Berthe, Gauthier de Ressons, espicier, Gilet de Ressons, son filz, mon bon et especial seigneur et ami, maistre Giles Veau, mon especial compere et ami, maistre Eustace Harengier, mon tres chier et especial ami, maistre Guillaume Commailie, tous ensemble, en tele maniere, que se tous ensemble ne povoient vaquer ou fait de ma dicte execucion, que trois ou deux d'iceulx puissent parfaire et mener a fin, pourveu que sans la presence ou conseil et deliberacion du dit Jouvenel riens ne se puisse ou doie estre fait, en suppliant iceulx mes chiers et especiaulx seigneurs [p. 334] et amis de toute amour et especialité que ami doit avoir a autre, que de leur especiale grace et humilité leur vueille plaire a prendre la charge de ma dicte execucion et de tant faire, comme ilz vouldroient estre fait pour eulx, au sauvement et allegement de mon ame. Et afin que mon dit testament ou ordonnance puisse estre mieulx et plus tost et briefmentacompli, des maintenant je oblige tous mes biens quelzconques, presens et a venir, meubles et immeubles, quelque part qu'ilz soient, es mains de mes diz executeurs, pour estre prins et levez par eulx, a faire, parfaire et acomplir mon dit testament et ordonnance, et les puissent vendre et adenerer au prouffit de mon execucion.
  • Item, je vueil et ordonne, que ou cas que je n'auroie augmenté avant mon deces mon anniversaire ordonné et fondé a Nostre Dame de Corbueil de six livres Parisis de rente tous les ans, que mes diz executeurs soient tenus de parfaire jusques a huit livres dix solz Parisis sur mes biens et rentes quelzconques, telement que le college en soit content et selon raison, c'est assavoir, vii livres iiii solz Parisis pour ceulx qui feront les vigiles et messes, et de xxvi solz restans des vii livres iiii solz, a la fabrique xvi solz et a la chevecerie x solz Parisis, par tele condicion que le chevecier sera tenu de sonner ou faire sonner durant les vigiles, et les commandacions et messes jusques apres la levacion du sacrement acoustumees a sonner a double, et a ce seront obligez les offices de fabrique et chevecerie.
  • Item, vueil et ordonne que ou martrologe de tous les obiz que j'ay fondez soient compris l'obit de moy et de Hennequin du Liege, tumbier, auquel je suis tenus a ce faire.
  • Item, je vueil et ordonne que mes serviteurs soient sa lisfaiz de leurs salaires, ce qu'il sera trouvé par mon papier, c'est assavoir, Jehan Paris de huit frans par an depuis la Saint Jehan iiiic xi, et Agnes depuis Pasques iiiic ix de six frans.
  • Item, je vueil et ordonne que avec les salaires Jehan ait huit livres pour prier, et cetera, et ma chamberiere quatre livres.
  • Item, je vueil que le residu de mes biens soient departiz en quatre parties en la maniere qui s'ensuit premierement, a la fabrique de [p. 335] Saint Germain du Vielz Corbueil le quart par la main de mes executeurs, en vestemens et aournemens plus necessaires, es quelx soient mis mes armes.
  • Item, pareillement a Nostre Dame de Corbueil.
  • Item, l'autre part aux povres orfelins de ma parroiche, a faire aprendre a mestier, et aux povres pucelles marier.
  • Item, la quarte et derreniere partie a faire amender et parer le chemin du Puis de l'eglise du Vielx Corbueil jusques a l'eglise Saint Jaques, et ou cas que la quarte partie pour ce ordonnee montera plus que la reparacion du dit chemin, je vueil le residu estre donné a la fabrique de Saint Jaques.
  • Et vueil et ordonne que ceste moye presente ordonnance soit et vaille comme testament, et soit mise en forme publique comme valable en presence de pluseurs. Fait par moy l'an, le mois et jour dessus diz.
  • Item, je laisse a messire Jehan Berthe ma meilleur robe de tant de pieces qu'il y a apres la suer maistre Jaques Loron.
  • Et estoient ainsi signés, comme dit est dessus
  • Ita est. J. de Noyers.
  • C'est assavoir, que ou dit roole, en marge, au commencement, sur la xe ligne qui se commence
  • Item, je ordonne une tumbe estre faicte et mise ou lieu dessus dit au pris de dix frans, et cetera, estoit escript, -- facta est.

Desquelles choses dessus dictes les diz amis requirent aus diz notaires avoir lettres; si leur en firent et octroyerent ces presentes, ausquelles nous, en tesmoing de ce, a la relacion d'iceulx notaires, avons mis le seel de la dicte prevosté de Paris, l'an et jour dessusdiz.

Ainsi signé D. Yvier. Preudomme.
Collacio facta est cum originali.